Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

mercredi 11 juin 2008

Sleeper cell : 1.04 Le prophète

ealyA nouveau un épisode traitant de la différence entre l’Islam et l’islamisme radical. On insiste même peut être trop sur cet aspect. On fait tout pour nous démontrer quel est le vrai Islam et ça donne un côté trop publicitaire à certains moments où l’on est davantage dans le documentaire. Mais l’ensemble est bien contrebalancé et on évite toute complaisance tant avec les fanatiques du groupe de Farik mais également avec les Américains qu’on ne présente pas comme les grands héros sauveurs de l’humanité mais simplement des hommes tâchant de défendre leur pays. Il est d’ailleurs amusant de voir la réaction de Ray qui, tout en travaillant avec Darwyn, semble avoir une piètre image des musulmans. Il semble à peine croire Darwyn quand celui ci lui dit qu’il ne s’agit pas du même Islam. Ainsi un théologien de la religion musulmane arrive à Los Angeles, cela a le don d’irriter Farik ainsi que Tommy. Christian par contre semble troublé par le discours d’ Abdal Malik et il semble commencer à remettre en question la voie qu’il emprunte. Ce n’est pas la première fois que l’on voit cet aspect chez ce personnage. Dans le groupe c’est clairement le moins " vertueux " si on peut dire et se sera peut être celui qui se retournera à un moment ou à un autre contre Farik. Ce dernier a vite fait de remettre Christian dans le droit chemin et utilise le trouble de son ami contre Malik afin de l’assassiner. L’attitude de Tommy à la mosquée était assez forcée et je dirai même assez suspecte. Car s’il fallait se méfier de quelqu’un, ce serait sans doute en premier de ce type ayant quitté les lieux quand on fustige l’action des terroristes. On revient également sur la signification originelle du Djihad qui est davantage une lutte intérieure que extérieure mais aussi sur la célèbre fatwa, sorte d’excommunication version musulmane. Et toujours de façon très paradoxale, on remarque que Llija adore la nourriture kasher. Comme quoi il a beau détester les juifs, il mange pourtant la même chose qu’eux.

La préparation de l’attentat contre le centre commercial se poursuit et pour cela Farik fait à nouveau appel à Eddie le jeune indonésien qu’il envoie au Canada récupérer l’Anthrax avec Llija. J’ai de la peine pour Eddie car il était un gars bien, il n’avait rien demandé à personne et ne semblait pas vraiment en accord avec les thèses de Farik ou de son oncle et il se retrouve embarqué dans cette histoire un peu malgré lui et finira par le payer de sa vie. La récupération de l’Anthrax par les autorités se fait de manière très astucieuse à la frontière américano-canadienne. Et Eddie est malheureusement une victime collatérale nécessaire dont le gouvernement se fiche un peu d’autant plus que là c’est Farik qui se débarrasse de lui.

Darwyn se débrouille pas mal pour éloigner les soupçons de Gayle mais elle ne va sans doute pas en rester là. D’autant que tous les deux poursuivent leur relation de plus en plus intense. Darwyn joue ici avec le feu car il se compromet non seulement aux yeux de Farik mais il prend également des risques pour la propre sécurité de Gayle. Farik ne fera sans doute beaucoup de sentiments si elle venait à compromettre la mission d’une manière ou d’une autre.

Pour l’instant, je dirai que c’est mon épisode préféré et le plus complet de tous. On a de nombreuses intrigues traitées sur un pied d’égalité et chacune est passionnante car elles permettent de développer différentes questions sur les terroristes, l’Islam et les agences fédérales américaines. On connaît mieux les personnages et tout en continuant d’explorer leur psychologie, on reste malgré tout à distance sans louer leurs actions tout en les montrant à l’œuvre. Une sorte de dénonciation par l’action. La série reste pourtant d’une grande sobriété alors qu’elle pourrait se permettre bien plus, étant développé par Showtime, une chaîne câblée. C’est davantage par les thèmes développés que l’audace se fait sentir.

Posté par tao of myself à 20:36 - Sleeper cell - Permalien [#]