Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

vendredi 6 juin 2008

Dirty sexy money : 1.05 The bridge

twinsDirty sexy money est enfin de retour sur Critik en séries après une petite pause. La saison régulière étant terminée, je reviens vers d’autres séries laissées en suspend. Je l’avais dit, Dirty sexy money, c’est typiquement le genre de série qui met un peu de temps à s’installer. Aujourd’hui nous en sommes au cinquième épisode et la série commence a vraiment bien tourner entre les chamailleries, les secrets, les coups bas. L’histoire commence également à bouger pour l’un ou l’autre personnage. Bref, je commence à m’attacher à cette tribu de fêlés que sont les Darling.

On continue intelligemment de faire l’impasse sur le secret de la non paternité de Tripp pour l’un de ses enfants. Après tout ce n’est pas une si mauvaise idée. ça permet de ménager les révélations mais on émet par contre un doute au sujet des jumeaux.

Parlant de révélations, Brian doit faire face à la mise à jour de son mensonge concernant Brian Junior. Le sermon du jour sur le mensonge n’a pas dû beaucoup l’aider et du coup pour ne pas aller en enfer le gamin révèle la vérité et la femme de Brian les met tous les deux à la porte en attendant de savoir si elle peut ou non pardonner à son mari. Pour la première fois, on voit Brian un peu plus fragile en demandant à Nick de l’aider. Et comme toujours Nick est de bons conseils.

Mais le gros de l’épisode concerne Jeremy et Juliet, les jumeaux. Comme ils ne peuvent se mettre d’accord sur la présence de Natalie à leur fête d’anniversaire, ils décident de le fêter chacun de leur côté mais avec la même décadence si on peut dire. Juliet nous sort une fête décalée sur le thème de Marie Antoinette. C’est super kitsh mais surtout très drôle. Jeremy se la joue plus hardcore en réquisitionnant le pont de Brooklyn pour sa fête et ses quelques centaines d’invités. A Nick bien sûr de se charger des formalités administratives avec la ville de New-York. J’ai beaucoup aimé l’aspect démesure de cette intrigue car on nous montre combien les riches en général et Jeremy en particulier sont déconnectés de la réalité. Et son interprétation toute personnelle de " All by myself " est assez pathétique tel un chanteur de la " Nouvelle star ". L’épisode signe également la fin de l’histoire entre Jeremy et Natalie, celle ci lui ayant menti à propos du bébé. Dommage j’aimais bien le personnage mais quelque chose me dit qu’on pourrait encore la revoir. Natalie pourrait être un bon personnage secondaire revenant de temps en temps dans la série. L’épilogue est également très bon, Jeremy décidant de grandir en demandant un job à son père. La discussion des jumeaux sous fond de levé du soleil était aussi très sympa. L’image en est presque féerique.

La petite histoire de Karen faisant chanter Patrick afin d’intégrer son futur mari dans un club très très privé était amusant. Ça me permet d’aimer davantage Karen que l’on commence à explorer depuis deux épisodes.

Concernant Simon Elder, on n’avance pas beaucoup. Dutch et lui étaient des amis et il prévoyait d’aller travailler pour Elder. Cela relance les spéculations sur l’implication de Tripp mais je doute qu’il soit à l’origine de sa mort. Elder et Nick se ressemblent malgré tout beaucoup dans leur façon de penser et leur méfiance vis à vis des Darling. J’ai beaucoup aimé le geste de Nick à la fin avec le terrain de jeu. Après tout à quoi sert l’argent si on ne le dépense pas pour répandre le bonheur autour de soi ?

L’intrigue du tableau entre Nick et Lisa était sympathique, tel le fil rouge de l’épisode même si on aurait facilement pu se passer de cette histoire. Et malgré son côté transparent, je trouve Lisa incroyablement belle, y compris au saut du lit.

Bilan : La série se cherchait en début de saison mais je pense que là, elle s’est trouvée. Les différentes intrigues roulent parfaitement, on commence à mieux connaître les personnages et donc on les apprécie.

Posté par tao of myself à 15:47 - Dirty sexy money - Permalien [#]