Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

dimanche 1 juin 2008

Robin Hood : 1.08 un tatouage compromettant

robin_hood_gisborneDébut d’épisode atypique vu que celui ci nous transporte en Orient lors des croisades. J’ai même pensé qu’on allait avoir droit à un vrai épisode flash backs mais ça n’a pas été le cas. Juste un nouveau rêve venant hanter le sommeil de notre héros. Continuant sur la route tracée par le précédent épisode, les intrigues changent peu à peu de forme et prennent plus que jamais une tournure personnelle pour Robin. Jusqu’à présent Robin se battait pour aider sa population opprimée et c’est tout à fait louable mais il était malgré tout considéré comme un hors la loi défiant les autorités. Par contre maintenant son combat semble beaucoup plus légitime et prend d’autant plus d’importance. Ainsi alors qu’il se bat avec Gisborne, Robin découvre que celui porte un tatouage, le même tatouage que celui porté par le " Sarazin " qui l’avait poignardé durant la croisade et qui avait essayé de tuer le roi Richard. Coïncidence ? Et bien non, les deux hommes ne font évidemment qu’un. Certes c’est un peu facile de faire de Gisborne le traître responsable de tous les problèmes de Robin mais comme je l’ai dit, ça renforce l’aspect personnel de la lutte et si c’est un peu gros j’aime bien cet aspect. Comme Robin le pense, c’est évident, le shérif est lui aussi derrière cette histoire, Gisborne étant uniquement un homme de main.

J’ai beaucoup aimé le façon dont on traite de la psychologie de Robin durant cet épisode, celui ci devient plus sombre et ses pensées sont obscurcies par son désir de vengeance. On découvre une facette du personnage que l’on n’avait jamais vu et c’est vraiment très intéressant. On le voit se mettre à dos tout le monde et il va même jusqu’à renier Much en lui disant que lui aussi est un esprit simple qui ne peut rien comprendre à la politique. Par contre dommage que tout rentre dans l’ordre à la fin, j’aurai bien voulu voir des distensions rester au sein du groupe. Si tout l’aspect psychologique de Robin est très bien géré, j’ai par contre trouvé son combat avec Gisborne trop exagéré. On a l’impression qu’ils se battent des heures et tout cela pour même pas une goutte de sang. A peine quelques griffures sur le visage de Robin. Ça ressemblait plus à du catch. Robin a l’avantage, puis c’est Gisborne et ainsi de suite.

La vérité ayant éclaté, cela fera peut être réfléchir Marianne. Elle a toujours pris Guy pour quelqu’un de bon malgré ses agissements sous la coupe du shérif mais visiblement elle va sans doute revoir son jugement suite à ces révélations. Là il ne s’agit pas juste d’obéir au shérif mais bien de trahison envers son roi et son pays. D’ailleurs on peut se demander si le shérif de Nottingham ne reçoit pas ses ordres directement du prince Jean qu’on n’a encore jamais vu dans la série. Le shérif est à nouveau formidable et m’a fait beaucoup rire lorsque Marianne vient lui demander d’échanger Djaq contre Gisborne aux mains de Robin et de sa bande. Le shérif n’aime pas les pleurnicheries des dames, c’est un fait. Il remarque d’ailleurs assez tard que Djaq est en fait une femme et il semble très amusé et comprend pourquoi les hommes de la forêt veulent la récupérer pour les longues nuits froides. Le shérif toujours lui se montre toujours aussi dénué de sentiments et trouve curieux que Marianne pense qu’il est son ami. Il se montre également assez dur avec Gisborne en lui versant de l’acide sur le bras afin de faire disparaître son tatouage. " ça nous apprendra à vous peindre le corps comme un femme " dit il presque amusé. Un sacré personnage de ce shérif de Nottingham, j’adore.

La capture de Djaq donne droit à de bons développements. Ainsi, on met en avant toute la fascination pour l’alchimie au temps du Moyen-Age et l’utilisation plutôt astucieuse des connaissance de Djaq en chimie, nous montrant ainsi l’avance des civilisations du Moyen Orient sur la société occidentale croyant toujours à la sorcellerie. Et comme je l’avais pensé, on nous dévoile les sentiments de Will pour Djaq. Il ne semble d’ailleurs pas être le seul à craquer pour ce garçon manqué. Alan était lui aussi prêt à faire sa déclaration. Will était tout mignon à la fin à apporter à Djaq de quoi manger.

Conclusion : ça se laisse regarder, les histoires avancent mais il manquait un petit quelque chose. Je dois commencer à attendre de plus en plus de cette série donc forcément dans ces cas là, on peut se sentir un peu frustré et c’est un peu mon cas avec cet épisode.

Posté par tao of myself à 16:45 - Robin Hood - Permalien [#]