Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

jeudi 29 mai 2008

Ugly Betty : 2.14 Twenty-four candles

betty_in_wonderlandAprès quelques mois d’absence, Ugly Betty revient sur Critik en séries. Soyons honnête elle n’est pas au meilleur de sa forme. Elle a dû manger trop de gâteau d’anniversaire avarié. Pourtant tout commençait bien dans cette journée censée être parfaite. Le prologue est d’ailleurs magnifique avec ses couleurs très Willy Wonkaesque mais ce sera le seul moment magique de la journée, Charlie ayant décidé de lui pourrir la vie. Quelle idée de donner à l’adorable Jayma Mays un rôle de garce enceinte. Quelle idée, de faire d’une femme enceinte une garce. C’est le seul point positif car Charlie est dans son bon droit, c’est Betty la méchante ayant piqué le mec d’une fille enceinte après tout… sauf si l’enfant n’est pas d’Henry. Mais pas de panique le gentil Gio joue les princes charmants remplaçants et est là pour sauver la situation dans sa belle calèche. Un feu d’artifice et une " jolie " fille mettant sa tête sur son épaule. Non mais c’est vrai, ils sont tellement plus mignons par rapport à l’ennuyeux couple formé avec Henry le binoclard. Mais la nouvelle coupe de cheveux à la Santos laisse craindre le pire pour Gio au détour de l’épisode final, surtout s’il va dans un super marché. On voit venir la situation de loin car un choix se profile à l’horizon dans le genre " her choice changes everything " pour Betty. Laissera t’elle partir Henry, va t’elle choisir Gio ? Une question aussi angoissante que le choix de Lisa sa cousine Allemande. Bouuuh, j’en tremble encore. Seuls deux moments font sourire dans cette intrigue, Daniel ayant totalement oublié l’anniversaire de son assistante ce qui est l’objet de jolis quiproquos et le serveur français loin des clichés mais exprimant simplement la réalité Outre Quiévrain. Tous les Français sont des gens très très méchants. Et oui, il fallait que ça sorte.

Loin de ces préoccupations Bettyesques, Willy et Renée continuent de se faire la guerre entre frangines. Il est question d’internement, de meurtre et de baby talky congelé. Facile de deviner la suite. Daniel va finir par larguer Renée pour une raison encore inconnue, la belle va péter les plombs et tenter de le tuer. C’est du moins ce à quoi on peut s’attendre vu les indices glissés ça et là tels des peaux de bananes par Wilhelmina. On remarquera la ridicule intervention de Mark dans l’appartement de Daniel. Bizarre de voir Daniel si peu se préoccuper de cette effraction. Mark fouille dans mes slips fantaisies ? Oh pas grave ! A mon avis, Renée lui a déjà grillé la cervelle sans qu’on le sache parce que être aussi con, ce n’est pas permis.

Et pour terminer une intrigue " Madame est serviesque ", Claire Meade vit dans un monde parallèle entre la salle de réunion et les toilettes et elle rencontre sur route sa méchante fille ne voulant pas lui donner d’argent pour son nouveau magazine et Betty lui remontant le moral pour la modique somme d’une paire de boucles d’oreilles. C’est sans le moindre intérêt si ce n’est d’avoir un nouveau test des toilettes. Comme son défunt mari, Alan Dale, Judith Light est toujours très classe même dans les toilettes, voilà qui est vérifié. A part ça, ben rien.

Bilan : On s’ennuie, on s’ennuie, on s’ennuie. Trois intrigues très moyennes et pas un gag de vraiment réussi. Seule Amanda a réussi à me faire sourire grâce à sa Kiss attitude. La seule vraie surprise de l’épisode étant la petite visite d’Ilda à Charlie et j’ai trouvé cette séquence très réussie et pleine de dérision. L’avantage s’il y en a un, on sait déjà à quoi s’attendre pour le dernier épisode, les intrigues étant transparentes mais ce qu’on aimerait surtout c’est être surpris comme on pouvait l’être dans la saison 1 mais celle ci paraît déjà bien lointaine.

Info : Le titre de l'épisode est en référence à "Sixteen candles", film culte des années 80 avec Molly Ringwald dans lequel l'héroine fête son 16e anniversaire alors que personne ne s'en souvient.

Posté par tao of myself à 14:55 - Ugly Betty - Permalien [#]