Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

mercredi 21 mai 2008

Friday night lights : 1.08 Crossing the line

smashFriday night lights continue de m’étonner en bien grâce à des intrigues simples et humaines à l’image de l’histoire de Smash. On aurait pu craindre un ramassis de clichés après les derniers développements sur le personnage mais ça ne prend pas cette direction. Il y a bien ce petit trafic de produit avec la femme au club de sport mais on reste finalement dans une certaine logique car il ne faut pas se faire illusion sur le milieu sportif. Si on parle de sport de haut niveau, on ne peut éluder le problème du dopage. Mais évidemment cela coûte cher et Smash a besoin d’argent. Et sur ce point il risque de décevoir beaucoup de monde car même la congrégation religieuse y va de sa poche pour aider ce jeune sportif talentueux dans le besoin. S’ils savaient pourquoi il a besoin d’argent, ils réfléchiraient sans doute à deux fois. Saracen pourrait également se mordre les doigts car il a pistonné Smash pour une place au fast food mais celui ci se fait déjà surprendre la main dans la caisse. Et oui le billet vert est toujours aussi attirant. Mais plus que cette histoire de fric ou de produit dopants, l’amitié en train de se tisser entre Smash et Matt est ma partie préférée de cette intrigue car elle déjoue tous les pronostics. Au départ Smash était vaguement présenté comme le méchant, Saracen comme le jeune premier et finalement les voir devenir amis et s’aider, ça rend l’histoire moins classique. On n’est clairement pas dans un teen drama classique, si toute fois on en est dans un.

Drôle d’idée d’Eric d’inviter à dîner chez lui les Riggins. Il est le coach, c’est son job d’aider les joueurs et c’est visiblement dans la mentalité du sud de s’inviter sans cesse chez les autres mais j’ai vraiment trouvé la situation bizarre dans le sens où les Riggins sont vraiment deux gros ploucs, des machos de base. Bref l’américain du fin fond de l’Amérique tel qu’on les imagine. Il était été évident que rien n’allait ressortir de cette soirée et si l’idée était plaisante vu le contraste entre les Riggins et les Taylor, on n’a pas su exploiter tout le potentiel d’une telle scène. C’est un peu dommage. J’aurai par exemple voulu plus de gène et pourquoi pas une scène seul à seul entre Tim et Julie. Au moins ça nous montre que même s’il ne s’y prend pas toujours bien Billy tient à son frère et veut tout faire pour lui donner une chance dans la vie. Même s’il ne semble pas si désintéressé, une belle carrière dans le football pour Tim signifierait aussi la belle vie pour les deux frères Riggins. Son histoire avec Lyla terminée, Tyra revient pointer le bout de son nez. Rien d’intéressant à ce niveau là. Par contre on évite de voir Tyra se mêler de ce qui ne la regarde pas et Jason comprend tout seul qu’il s’est passé un truc entre Lyla et son meilleur ami. Herc continue de faire douter Jason à ce sujet mais je ne pensais pas que l’histoire allait éclater de cette façon. Au final, j’ai trouvé ça bien vu car on en fait pas toute une montagne. Le plus intéressant sera de voir comment et si les morceaux pourront être recollés entre ces trois là.

D’ailleurs l’intrigue de Jason est toujours très bien menée. Le coach a raison, Jason commence à s’habituer à sa vie en fauteuil roulant et il reprend finalement goût à la vie grâce au sport. Il a toujours été un garçon avec des défis sportifs et c’est par là qu’il retrouve un sens à sa vie. J’aime bien cette manière de montrer le handicap de façon positive sans pour autant en gommer les mauvais côtés. On voit qu’il faut du temps à Jason pour s’adapter et il a toujours du mal mais ça se fait un jour après l’autre. On n’hésite pas non plus à jouer avec ce handicap dans cette scène à mourir de rire où Herc et Jason se cassent la figure et doivent appeler à l’aide pour que l’on vienne les relever. C’est à la fois triste mais on prend cela avec une pointe de dérision. Et finalement pour eux, il faut qu’ils prennent cela avec humour sinon ça deviendrait vite invivable. On remplace donc le match de foot par un match en fauteuil roulant et j’ai trouvé cela plutôt astucieux, c’est d’ailleurs tourné de la même manière et j’ai bien aimé cela.

Au final on a un excellent épisode. J’avais eu quelques craintes avec le précédent épisode mais celui ci contrebalance bien les différentes intrigues et on a ainsi un très bon épisode. A la fois simple et humain. Les intrigues avancent petit à petit et mine de rien comparé au début de la série, on est déjà loin. Jason est en chaise roulante, la liaison entre Tim et Lyla éclate au grand jour, il y a l’amitié entre Smash et Saracen. Bref tous des éléments que l’on ne voyait pas forcément arriver au moment où la série a débuté. Une question demeure : Qui est le joueur de foot ayant proposé une partie à trois à sa copine ? J’ai bien aimé cette petite intrigue car au fond elle est très naturelle et les Taylor réagissent de façon normale en tant que parent sans être bigot ni être ultra libertaire.

Posté par tao of myself à 18:02 - Friday night lights - Permalien [#]