Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

mercredi 21 mai 2008

Sleeper cell : 1.02 La cible

sleepercell2005hr2Après un épisode pilot magistral et bluffant, ce deuxième épisode est un peu moins bien réussi. La faute à plusieurs grosses ficelles et énormités. La principale étant pour moi le peu de discrétion des personnages. Je pense au moment où Darwyn et Tommy parlent de leur action en plein milieu de la cafétéria du centre commercial. Il y a un mec juste derrière Tommy, à moins de deux mètres et il semble ne rien entendre ce qui est assez curieux. J’ai trouvé cela assez énorme. Idem lorsque Farik va voir le jeune étudiant. Il y a des gens dans la salle de sport, leurs paroles résonnent à fond mais personne ne semble s’en préoccuper. Cela dit ça reste de qualité et ces petites erreurs n’entravent pas la poursuite du récit.

L’épisode se centre sur la mise en place du futur attentat dans un centre commercial. On nous explique intelligemment toutes les étapes et le rôle de chacun des participants. Christian, Llija tous ont un rôle bien précis dans cette opération. Mais une place est désormais manquante depuis la mort de Bobby et Farik tente de recruter un nouveau membre, un étudiant en micro biologie. Une rencontre très peu discrète comme je l’ai dit. L’étudiant est prêt à l’aider mais jusqu’un certain point. Sa bataille a lui se situe autre part, en Indonésie. C’est assez effrayant de voir le respect entre ces deux hommes. Chacun servant la cause à sa manière.

On remarquera au passage qu’il ne s’agit pas d’une mission kamikaze. Ils prennent tous leurs précautions pour n’être ni attrapés ni tués. Visiblement cet attentat à l’Anthrax ne serait qu’une partie du plan de Farik. J’aime bien tout cet aspect répétition car on voit vraiment avec quelle facilité ils mettent cela en place. Tommy drague l’une des vendeuses pour savoir quel est le jour le plus bondé par exemple.

D’ailleurs, il est beaucoup question de Tommy dans cet épisode. On commence à mieux le connaître et sous son apparence passe partout il est certainement l’un des plus dangereux. Après avoir formé une équipe avec Bobby lors du premier épisode, Darwyn est souvent associé avec Tommy ce qui lui vaut d’être mis dans une mauvaise position et cela par deux fois. La première c’est évidemment cette filature très peu discrète pouvant mettre la vie de Darwyn en danger car le van est très vite repéré par le blondinet. On voit à quel point la vie de Darwyn tient seulement à un fil, il dépend totalement des autres et si ceux ci ne font pas bien leur travail c’est lui qui en payera les pots cassés. Il y a une vraie différence entre le Darwyn du groupe et le Darwyn hors de sa couverture. A l’intérieur, il ne laisse absolument rien percevoir de sa peur mais une fois sorti on peut constater qu’il est beaucoup moins zen. Là, c’est une vraie subtilité dans le jeu de Michael Ealy. Avec Gayle, on peut dire qu’il est entre les deux mais pas question évidemment de griller sa couverture, cela la mettrait elle et son fils en danger. Je me demande malgré tout s’il ne va pas lui parler de tout à un moment ou à un autre. Le petit rendez vous qui tourne court faisait très soap mais cela montre que la cause est une fois de plus la chose la plus importante.

La deuxième moment où Darwyn est mis mal à l’aise c’est évidemment quand Tommy lui parle de sa mère qui pourrait devenir un obstacle. Tuer un membre du groupe c’est quelque chose mais tuer une civile innocente c’est très différent. Je me demande jusqu’où Darwyn ira. On apprend donc que Tommy vient finalement d’une famille assez normale et aux revenus assez conséquents, sa mère étant prof à l’université de Berkeley. Il n’a donc pas vécu dans un foyer pronant l’islamisme radicale et pourtant il a à un moment basculé. On en revient à nouveau à cette idée de toujours se fondre dans la masse comme ça avait été présenté dans le pilot. Ainsi Farik s’occupe d’un équipe de base ball junior et il bosse dans une entreprise spécialisée dans la sécurité. Il parle du Hollywood bowl. Cela pourrait être la cible finale.

La fin au centre commercial est davantage rythmée, on est plus dans une mise en scène à la " 24 " et j’ai bien aimé cette façon de faire monter la pression pour finalement crier à une fausse alerte. Une répétition test était clairement nécessaire car Farik ne fait rien au hasard. On reste donc dans le très bon, même si c’est un moins subtil que le pilot. La série reste en tout cas passionnante en montrant l’envers du décor d’une catastrophe annoncée.

Posté par tao of myself à 15:41 - Sleeper cell - Permalien [#]