Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

lundi 19 mai 2008

FBI portés disparus : 6.13 Justicier solitaire

jack_malone_mortRetour de FBI portés disparus sur la RTBF après une petite pause faute de doublage. Une pause qui correspond aussi à la pause américaine due à la grève des scénaristes. Après avoir brandis des pancartes dans les rues, les acteurs de FBI retournent au boulot et ça se voit. Jack à la boule à zéro ou presque, Danny s’est laissé pousser d’horribles rouflaquettes et Sam ne peut désormais plus cacher qu’elle est enceinte. Une chose reste pourtant constante, Jack est un gros con. Jaloux de Vivian, il torpille son enquête sur le trafic d’êtres humains en partant lui même à la chasse au suspect sans en avertir personne. Conclusion, arriva ce qui devait arriver il se fait tirer dessus et fait semblant d’être mort. Joe et Romar ne sont visiblement pas très intelligents car ils ne pensent même pas à vérifier son pouls et ne remarque même pas le petit bidou de Jack montant et descendant au rythme de sa respiration. Malgré la disparition du boss, l’équipe ne semble pas vraiment s’inquiéter, ils prennent tout leur temps dans leur recherche, reconvoquent même des suspects en fonction des avancements de l’enquête mais tout cela dans une relative bonne ambiance. Pas de quoi se presser, no stress. Le climat est pourtant assez sombre, cela se reflète à l’image et assez étrange pour être souligné, il n’y a pas de compteur indiquant depuis combien d’heures Jack a disparu. Une signalétique qui d’habitude rythme chaque épisode et qui est ici absent, j’ai trouvé cela un peu perturbant.

Les flash backs eux sont toujours là et Vivan et Samantha se rappellent quelques bons moments passés avec du gros Tony ses derniers jours. Ainsi quelques jours plus tôt, Jack avait daigné descendre de sa chaise pour discuter avec Vivian et accessoirement se foutre de sa gueule car son enquête n’avance pas. Sam par contre se rappelle les bons conseils de Jack en matière d’éducation des enfants. Si tu as un problème, tu te demandes ce que ferait Jack et tu fais tout le contraire, ça devrait marcher. Une façon comme une autre de rappeler quel père lamentable il est. Par contre pour acheter des bonbons à un distributeur, il est le champion. Les angoisses de Sam au sujet de sa capacité à être une bonne mère sont intéressantes, on en fait pas trop en expliquant cela dans une seule scène en toute sobriété. Ce sera sans doute un thème de la fin de la saison. Sam gardera t’elle le bébé ou non au final ? On peut se poser la question.

L’enquête avance lentement mais de façon assez logique et en un seul épisode, l’équipe réussit là où Vivian toute seule piétinait depuis 12 épisodes. Le FBI met ainsi la main sur Romar. Voilà donc l’intrigue fil rouge de la saison déjà bouclée et cela à mon grand étonnement. Je m’attendais à suivre cette histoire jusque la fin de la saison car je l’aimais bien et Vivian était mise en avant ce qui est assez rare dans la série. Visiblement, ça ne devait pas plaire à tout le monde car le premier épisode post grève tourné clôture l’intrigue en recentrant tout sur Jack. Le suspense sur sa pseudo mort ne tient pas la route car on sait parfaitement que le personnage principal de la série ne va pas mourir. A la rigueur, il le pourrait en fin de saison mais pas à ce moment ci de l’année. Donc l’enjeu est finalement assez minimal et non Jack n’est pas mort, ça paraît évident.

Au final, j’ai vraiment eu du mal à rentrer dans cet épisode, l’image est assez sombre et surtout on a l’impression d’avoir loupé un épisode en voyant d’emblée Jack dans l’usine désaffectée en train de courser un suspect. Tout est fait pour que le téléspectateur s’en fasse pour le sort du personnage alors que je n’arrêtai de penser qu’il méritait ce qui lui arrivait en jouant au justicier solitaire et piquant l’affaire à Vivian. Et puis les scènes rêvées comme lorsque Vivian parle à Jack dans la voiture à la fin ou sa rencontre avec Jenifer sont vraiment mal amenées et il manque quelque chose pour qu’elles fassent leur petit effet. L’univers assez froid de la série collant assez mal avec ce type de scène un peu plus originales. On est donc dans la moyenne de la saison 6 qui ne restera sans doute pas dans les mémoires pour être une grande saison. A défaut, ça se laisse regarder sans avoir une envie pressante de zapper après trois images comme j’ai tendance à la faire avec Bones ou Numbers, deux séries policières que je ne supporte absolument pas.

Posté par tao of myself à 10:47 - FBI portés disparus - Permalien [#]