Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

jeudi 24 avril 2008

24 : 6.16 De 21h00 à 22h00

24powersbootheUn épisode charnière totalement imprévisible mais qui n’évite pas toujours les redites ou le grotesque. Le mot d’ordre est de surprendre avant tout, peu importe la cohérence. Ça en reste pas moins un épisode extrêmement efficace même s’il s’en passe des choses sur une heure de temps.

La cellule porte un coup important dans son combat de la journée en coupant la tête du serpent du terrorisme. Après 16 heures de recherches et d’embuscades, Fayed et Gredenko sont mis hors d’état de nuire. Mais sans leurs chefs, les terroristes restants (encore au moins deux) seront certainement encore plus dangereux car n’obéissant plus à personne. La mort de Gredenko est sombre et pathétique. Il se fait d’abord couper un bras pour éviter d’être retrouvé par la CTU et finit par mourir sous la jetée, voyant tout le combat de sa vie réduit à néant. Je suis presque triste pour lui. Sa mort est bien mise en scène car on ressent vraiment le constat d’échec qu’il doit faire dans sa tête. Cela n’excuse évidemment pas l’aspect ridicule de Gredenko manchot. On pousse même Jack à découvrir lui même le bras du nostalgique du régime soviétique. L’intrigue terroriste est donc à un tournant et on peut se demander maintenant comment l’histoire va évoluer car il reste encore un certain nombre d’épisodes pour boucler la saison. Je crains le retour de Phillip Bauer afin de terminer la saison en une vendetta personnelle de Jack envers son père. L’histoire n’est visiblement pas encore terminée de ce côté là.

L’autre gros morceau, c’est la lutte interne à la Maison blanche entre Wayne Palmer et Noah Daniels qui s’opposent. Il s’agit avant tout un combat de principe pour Palmer qui est fondamentalement d’accord avec Daniels sur le fond mais évidemment pas sur la forme. Cela crée selon moi le retournement de situation le plus inattendu de la saison pour le moment. Karen et Lennox s’allient afin d’empêcher Daniels d’obtenir les pleins pouvoirs et déchaîner ainsi le feu nucléaire. Cela reste pourtant bien en adéquation avec toute l’intrigue de l’épisode car celle ci est en fait la lutte du statu quo. Ainsi chaque action est équilibrée par une autre faisant que rien ne bouge. Daniels lance l’attaque mais elle est arrêtée par Palmer, Daniels réplique et demande la réunion du conseil, finalement gagnée par la président, Daniels attaque encore à nouveau en invoquant la cour suprême mais est arrêté par Tom et finalement les efforts de Tom, comme je l’ai dit plus haut, n’ont servi à rien car le président Palmer décide de l’attaque contre le pays de Fayed. Le vote du conseil ressemble à s’y méprendre au même vote contre un autre Palmer dans la saison 2. Et j’ai trouvé Daniels d’une totale mauvaise foi mais ça rend le personnage formidable. Le conseil doit juger si le président est en état de diriger le pays mais uniquement de cela. Hors, on a plus l’impression que le conseil juge les actes du président. On le juge politiquement et non physiquement. Car si on pousse le raisonnement jusqu’au bout, chaque fois que le président prend une décision déplaisant au conseil, on pourrait le mettre sur la touche sous tel ou tel prétexte. J’ai trouvé cela un peu trop ridicule comme intervention. L’intrigue était mieux maîtrisée du temps de David Palmer. Par contre j’ai bien aimé tout l’aspect " aide médicale " apportée à Wayne, cela fait penser à John Kennedy qui devait également être soigné constamment à cause de douleurs au dos. Le parallèle continue donc entre le clan Palmer et le clan Kennedy.

Et pour terminer, à la cellule, Doyle continue de jouer au faux méchant. On pense qu’il veut coincer Milo en se servant de Nadia mais finalement il aide ce dernier à ne pas avoir d’ennui. Certes, Doyle n’aime peut être pas Milo mais il a besoin de lui et il sait où est son intérêt. On continue ainsi à maintenir l’aspect trouble du personnage de Doyle, ce qui est d’ailleurs le seul argument pour maintenir le personnage. Ça reste malgré tout limite soap opéra mais on est à la CTU, ce qui est au fond normal comme intrigue. Milo et Nadia se la jouent toujours dominant et dominé, Milo étant impatient de pouvoir coucher avec elle et Nadia obéissant docilement.

Au final, l’épisode est efficace car totalement déroutant, chaque action pouvant aller dans un sens comme dans un autre. Mais comme tout est plus ou moins réglé dans cet épisode, je me demande comment tout cela va pouvoir rebondir car il nous reste encore 8 heures à tirer.

Posté par tao of myself à 16:15 - 24 - Permalien [#]