Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

vendredi 21 mars 2008

Friday night lights : 1.06 El accidente

streetChacun doit savoir où est sa place, voilà comment on pourrait résumer les différentes intrigues de cet épisode. Je ne sais pas si c’est une idée très claire celle que je viens de lancer mais c’est au fond ce que m’inspire cet épisode.

Matt Saracen parlons d’abord de lui. Depuis le début de la saison de foot, il a subi pas mal de changement dans sa vie, dans sa position au sein l’équipe et de la ville toute entière même. Mais que sont devenus ses vieux amis dans tout cela, Landry et Kastor ? Certes Matt ne les laisse pas sur le côté mais il est clairement entre deux chaises et doit faire un choix. Et ses amis de toujours n’aiment pas vraiment le voir intégrer de plus en plus l’équipe des footballeurs. Dans un sens je peux les comprendre, eux les " losers " voyant leur ami passer de l’autre côté des gars populaires. Kastor ne serait il finalement pas un peu jaloux ? Et même si c’était le cas, il ne méritait pas de se faire taper dessus par Reyes. Car le vrai responsable c’est Voodoo, c’est lui qui a dit à Reyes de retourner d’où il vient. Et on nous montre intelligemment que le racisme, ça ne se fait pas seulement entre blanc et noir mais également entre noir et latino. C’est quelque chose que l’on ne voit pas assez mais qui est finalement très réaliste, une communauté immigrante en pousse une autre en quelque sorte. Toute l’histoire autour du mensonge était très intéressante car on voit jour après jour, Matt tiraillé entre ce qui est bon pour l’équipe et ce qui est bon tout court comme il le dit au coach. Cette histoire entraîne aussi des tensions chez la famille Taylor, Tami et Eric voyant les faits différemment en fonction de leur profession.

Concernant Voodoo, franchement, je n’ai jamais aimé ce type. Désolé si je choque mais il a un vrai visage de crapule et on ne sait jamais s’il va sauter au visage de son interlocuteur ou pas. L’acteur est vraiment bien choisi car il fait limite peur. Je suis donc bien content de le voir dégager à la fin de l’épisode. Même si on peut se poser la question de savoir à quoi il a vraiment servi car il n’est pas resté très longtemps dans la série si son intrigue se termine comme cela. Il aura avant tout servi à montrer les magouilles et dessous des cartes comme lors de cette réunion entre Eric, Garrity et le mec de la commission où tout est finalement du copinage. Par contre j’ai trouvé que Garrity exagérait à la fin en voyant déjà la saison terminée après le départ de son protégé. Nulle doute, le coach Taylor va lui prouver qu’il a tort. Et je serai bien content quand Eric lui fera ravaler une bonne fois pour toute sa suffisance à son égard.

Pour Riggins aussi c’est le moment de savoir où est sa place et visiblement celle ci est auprès de son ami Jason Street. Il en aura fallu du temps mais les deux garçons sont enfin réunis comme au bon vieux temps, un temps que l’on n’a jamais connu en fait au moment où l’on a pris la série. Mais on sent que leur amitié est très forte et ils tentent de retrouver un peu des jours heureux de l’insouciance grâce à cette journée d’évasion avec Lyla. Intrigue classique mais rafraîchissante. Ça m’a fait penser au final de la saison 1 de Everwood quand Bright, Amy et Colin partent aussi à trois pour une ultime virée entre amis. Ici, Jason peut oublier quelques heures son handicap et Tim est un véritable ami pour lui. Même s’il ne faut tout de même pas oublier que entre temps il lui a piqué sa copine. Lyla essaye de son côté d’être une bonne fille. Elle sait qu’elle a mal agi mais espère que personne ne va trop en souffrir. Le fait qu’elle prend tout sur elle est assez révélateur mais aussi dans la continuité du personnage. Maintenant pourra t’elle résister longtemps et faire comme s’il ne s’était rien passé avec Tim ? D’autant que Jason va commencer à se poser des questions après les avoir vu à travers la fenêtre dans cette étreinte qui a duré encore et encore. Je ne suis pas sûr qu’ils se sont embrassé, on voyait assez mal mais c’est juste assez pour semer le doute chez Jason qui n’avait sans doute pas besoin de cela.

Ce que j’aime bien aussi dans la série c’est qu’elle prend son temps. Elle a pris son temps pour réunir Jason et Riggins et elle prend également son temps pour Matt et Julie. On sait qu’ils se plaisent mais ce n’est pas pour cela qu’ils se jettent tout de suite l’un sur l’autre ou qu’ils se lancent des regards amourachés à chaque scène. Non, pas du tout c’est plus subtil que cela. Par contre on continue de nous présenter Tyra comme la grosse salope vu qu’elle a déjà un autre mec dans son viseur.

Bref, après des intrigues moyennes dans le 1.05, la série rebondit parfaitement. On laisse un peu le foot de côté. Certes celui ci est toujours en toile de fond mais juste en toile de fond. On n’a pas besoin de sans arrêt nous montrer des matchs ou les gars à l’entraînement. On arrive aussi à nous montrer la vie à l’extérieur du monde du foot.

Posté par tao of myself à 17:02 - Friday night lights - Permalien [#]