Critik en séries

Blog sur les critiques et impressions des épisodes de série tv : The oc, grey's anatomy, everwood, le monde joan, house, ugly betty, Lost, FBI portés disparus, boston legal,...

jeudi 15 février 2007

Rome : 1.12 Les ides de Mars

ep12_11Final en apothéose pour Rome, on ne pouvait pas attendre moins de cette série et le moins que je puisse dire c’est que ce dernier épisode de la saison 1 est une totale réussite. La dernière partie est particulièrement intense.

Suite à leur victoire dans l’arène, Vorenus et Pullo sont devenus les nouveaux héros de Rome. Tout comme César, ils ont droit à leur propre pièce de théâtre racontant leurs exploits. Une popularité qui leur sauve d’ailleurs la vie car César toujours soucieux d’obtenir l’approbation du peuple, décide non seulement de pardonner cet écart à Vorenus mais en plus, il le nomme également sénateur de Rome. Un acte qui est bien sûr bien calculé car avec le redoutable Vorenus à ses côtés qui voudrait s’en prendre à César ? Le bien aimé dictateur, père de tous les Romains ouvre également le Sénat au peuple de Gaule qu’il a conquis afin d’avoir le Sénat sous sa coupe. Cela ne fait pas les affaires des nobles qui craignent de perdre leur pouvoir. Une erreur politique de taille pour César car c’est cela qui le mènera à sa perte. Brutus ayant rejoint le camp des anti César, il planifie avec l’aide des sénateurs un complot visant à assassiner César. Mais bien sûr, il faut que ce soit une mort noble et pas quelque chose fait en cachette ou grâce à un vulgaire poison. Non, il faut que cela soit un acte héroïque fait en plein jour et dans l’enceinte même du Sénat. Pendant ce temps, Servillia retourne à sa magie noire afin que les Dieux guident la main vengeresse de son fils. Servillia qui sera d’ailleurs un atout crucial car elle seule détient une information de taille pouvant distraire Vorenus, le nouveau meilleur ami de César. J’attendais vraiment le moment où Servillia allait abattre sa dernière carte concernant le secret de l’enfant de Niobe et elle a un timing vraiment parfait. Le final est vraiment tragique et s’appuie sur un triptyque dramatique. La dernière confrontation entre Niobe et Vorenus est vraiment terrible, on le sent blessé, déçu et trahi. Je ne pensais pas que ça le mettrait dans un tel état car si il est furieux, il est avant tout triste et au bord des larmes notre brave magistrat. Je ne pensais pas non plus qu’on en arriverait au suicide de Niobe et c’est un événement qui m’a réellement surpris. Deuxième axe, Servillia invite Attia chez elle afin de lui annoncer fièrement ce qui se trame en ce moment même au Sénat et lui dire que désormais il n’est plus question de feindre leur amitié. Attia n’a plus qu’à fuir vu qu’elle est maintenant seule mais quoi qu’il arrive, Servillia lui promet qu’elle la retrouvera et qu’elle la tuera. Les derniers épisodes nous montre une vraie montée en puissance de Servillia qui tel le phénix rené de ses cendres depuis son agression commanditée par Attia. Et bien sur pour finir, il y a la mort de César, les préparatifs sont remplis de tension mais au final, j’ai trouvé cette scène un peu moins bonne que ce que j’avais pu imaginer. Certes elle est effectivement très intense avec touts les sénateurs qui se jettent sur César pour le larder de coups de couteaux mais c’est fait de manière très crue, quasiment sans musique et j’ai finalement trouvé que ça manquait de dramaturgie. Par contre le dernier coup fatal de Brutus est magistral. Finalement seul Marc Antoine sera resté fidèle jusqu’au bout à César et quitte le Sénat dégoûté du sort réservé au maître de Rome.

Les seuls moments répits nous sont donnés par Pullo qui s’il n’est pas en grande forme physiquement, nous offre des moments d’humour très savoureux comme celui où il se casse la figure quand il fuit sur le dos de l’âne ou encore quand il essaye de rendre Erene jalouse. La technique de drague portera néanmoins ses fruits vu qu’elle finit par le pardonner et accepte de l’accompagner hors de Rome. Pullo est finalement le seul personnage qui finit la saison sur le happy end.

Bilan : J’étais vraiment sceptique avant la diffusion de Rome sur la RTBF mais au final j’ai été conquis par cette saga. Une histoire gigantesque, une interprétation sans faille et des personnages aussi attachants que détestables. Certes la série a souvent été très crues et dépassés certaines limites dans les scènes de combat et de sexe mais je dirai que c’était cela Rome. Cette époque n’était pas aussi chevaleresque que ce que l’on nous raconte dans les livres d’histoire. La série entraîne également ce type de récit dans une autre dimension à la fois plus réaliste et plus intense. Il y a quelques semaines, j’ai revu quelques images de " Troie " sur RTL-TVI mais quelques images m’ont suffi. Par rapport à Rome, ça m’a paru bien fade. Ave, César !

Pour conclure, le magnifique générique de Rome :


Rome - Générique
envoyé par fred265

Posté par tao of myself à 15:03 - Rome - Permalien [#]